Les Cahiers de Science & Vie

À l’image de Dieu

Dans une Europe médiévale où triomphe le christianisme, la réponse aux questionnements sur la nature de l’homme est toute trouvée : il est tel que Dieu l’a fait, à son image. « », rappelle Pierre-Olivier Dittmar, historien spécialiste du Moyen Âge à l’EHESS. Deux conceptions, en particulier, marquent l’histoire des idées médiévale : celles des siècle, puis Thomas d’Aquin au XIII siècle. Chez Augustin, c’est grâce à son âme, qui porte l’image du monde céleste, que l’homme peut entrer en contact avec Dieu – elle le distingue donc de toutes les autres créatures terrestres, notamment des animaux. Il classe les êtres vivants en plusieurs catégories : ceux qui sont mortels et possèdent une âme rationnelle (le langage en étant la première manifestation) sont humains ; les autres mortels sont des animaux. L’immortalité est l’apanage de Dieu. « note Pierre-Olivier Dittmar. » Quelques siècles plus tard, le retour en grâce des penseurs antiques vient modifier cette conception, en particulier Aristote, redécouvert au XIII siècle via les traductions arabes. Thomas d’Aquin développe alors sa thèse selon laquelle l’âme et le corps ne sont pas totalement indépendants ; c’est leur union qui fait de chacun de nous un être unique.

You’re reading a preview, subscribe to read more.

More from Les Cahiers de Science & Vie

Les Cahiers de Science & Vie4 min read
Orsay Organise Une Grande « Fête Nationale »
En 1974, le centenaire de la première exposition des peintres impressionnistes avait vu affluer leurs plus grandes œuvres de toute la France au Grand Palais, successeur de l’ancien palais de l’Industrie et des Beaux-Arts, lieu des Salons à partir de
Les Cahiers de Science & Vie4 min read
Néo-impressionnistes, Théoriser La Couleur
Paul Signac dit être resté sous le choc quand il a découvert la peinture de Monet, lors de la quatrième exposition impressionniste de 1879 et son exposition monographique l’année suivante. Séduit, le jeune peintre qui a alors seize ans choisit d’abor
Les Cahiers de Science & Vie3 min read
Van Gogh Et Les Étoiles À Arles
Dans une lettre adressée à son frère Théo depuis Arles vers le 29 septembre 1888, Vincent Van Gogh décrit en un simple paragraphe ce qui deviendra un de ses tableaux les plus célèbres, qu’il vient de peindre au bord du Rhône en observant le quartier

Related